Le Qigong, c'est pour les vieux

 

Oui c’est tout à fait vrai.

Les personnes âgées peuvent pratiquer le Qigong sans soucis. Mais cet art n’est pas réservé aux seniors.

Au contraire, commencer tôt permet d’accroître sa longévité. 

 

C’est adapté aux vieux, oui

Une personne âgée peut bien sûr pratiquer cet art. Il n’y a aucun prérequis pour débuter. Et il n’y a aucun niveau à atteindre. 

Dans le Qigong le travail du corps apporte plus de souplesse, de mobilité, renforce l’équilibre. Ce sont des éléments qui sont très importants lorsqu’on avance en âge. Les efforts de pratique portent leurs fruits également sur la mémorisation, sur la coordination, sur la concentration. Et sur un aspect assez peu abordé : le lien qui se crée entre les personnes lors des cours : le Qigong joue un rôle social.  

Dans cette approche d’esprit non compétitif, on se centre sur le travail personnel pour progresser, peu importe d’où l’on part. Alors, oui, le Qigong est pour les vieux ! 

 

Mais c’est dommage d’attendre d’être vieux

On a certainement cette image en tête : de vieilles personnes dans les parcs en Chine, qui font des mouvements lents. Et qui sont remarquablement souples. 
Ces personnes ont certainement commencé à pratiquer cet art, ou un art proche (taijiquan par exemple) de longue date. 


En Occident on a tendance à associer le Qigong à une pratique d’âge avancé. Mais il est peu probable que débuter cet art à 70 ans permette de retrouver la souplesse de ses 15 ans ! 


Je suis sûre que tous les enseignants ont dans leurs cours au moins une personne âgée qui arrive en disant qu’on lui a conseillé le Qigong après une chute. Ou étant malade, un professionnel de santé lui a suggéré que le Qigong pourrait apporter une aide.
C’est vrai, tout à fait vrai. Mais c’est dommage d’attendre que l’accident survienne ! 

 

Attention, commencer jeune c’est mieux

Si on débute cet art plus jeune, on acquière de bonnes postures pour le quotidien, on renforce son équilibre, l’énergie du corps circule mieux, l’état d’esprit s’apaise et le stress a moins d’impacts, etc. : autant d’armes pour une longévité accrue. Et on repousse donc le moment où la chute ou la maladie pourrait survenir.  

Bien sûr il existe une approche de soin : le Qigong thérapeutique. 

Mais les Chinois insistent sur une autre voie : prendre soin de la vie, préserver son principe vital, nourrir la vie. Cela s’appelle le Yangsheng, son origine remonte à la nuit des temps
A chaque âge, correspondent des temps, des activités différentes. Et à chaque personnalité et situation, des propositions de Qigong adaptées. 

Le Qigong revêt des centaines d’approches. Statique, dynamique, à visée martiale, orientées sur la méditation, à but thérapeutique, de développement personnel, spirituel, etc. 
Les bienfaits de la pratique dépendront de l’implication du pratiquant, pas de son âge ! 


Et il n’y a pas d’âge pour se dire qu’on a besoin d’être plus concentré, de mieux résister au stress que la vie quotidienne nous procure, que le mal de dos n’est pas une fatalité.

Pas besoin de remettre ça à quand on aura le temps : c’est maintenant qu’on vit, aujourd’hui, et il n’y a pas de raison de tolérer de vivre mal, de vivre à moitié. Quel que soit l’âge.  

 

Et certaines approches sont plutôt pour les jeunes ! 

Des enseignants de Qigong proposent des cours spécifiques pour les enfants. Classiquement on y retrouve le jeu des Animaux (imiter les mouvements et l’esprit d’un animal). Mais aussi des exercices qui permettent de développer la concentration, la coordination, etc. 

 


Alors oui, le Qigong est pour les personnes âgées, tout autant que pour les adultes et les plus jeunes encore. 

Le tout est d’aborder cet art avec un état d’esprit ouvert.